1+1=0

1+1=0

Le monde d’Eddy Pierre

Même entre différentes techniques, Joseph Eddy Pierre est un monde où 1+1= 0. Ce fut en effet  ses propos la première fois que j’ai croisé l’artiste dans son atelier. Ces mots là m’intriguaient, moi qui aime tant philosophé je retrouve sur ma terre natale un peintre qui titilla ma curiosité par ses dires. Il a certe un charme particulier , un regard souriant qui t’invite à le connaître un peu plus mais  je brûlais surtout de savoir plus sur sa démarche. Comment 1+1 pouvaient-ils sciemment donner 0? 

Dubitative, comme toujours je le questionnai sans cesse. J’étais  comme l’archéologue dans la vallée des rois, il n’est pas question que je n’en sache pas  plus. 

Et me voilà , guidée par ma curiosité , mes pas se faisaient lent  et mon instinct scrutait chacun de ses  travaux. Permettez-moi d’abord de vous confier chers amis qu’ils étaient sciemment sans titres, sans dimensions prédéfinies et vous ouvraient  pertinemment au spectateur un univers où le désordre organisé est l’ordre recherché. Bon sang! 0 ici est-ce le nul? est-ce l’unité ? Je devais le savoir et la seule chose qui empêcherait cela serait mon désir, et dieu seul sait à quel point j’en était plein. J’en débordais.

 

Faufiler vous comme moi entre  les formes, les mouvements, les couleurs qu’il décrit vous ne manquerez de  ressentir du regard une idée partagée dans des empattements chatoyants. D’abord je constate que chez lui les travaux sont souvent mixtes, et ces derniers me montrent clairement  que l’artiste  s’inscrit dans une esthétique où idée et matériaux ne font plus qu’un. Sa composition n’est pas à l’image de mon cher Mondrian adoré, il a sa propre texture, sa propre couleur et tel l’éponge asséchée il m’imbibe d’une composition réfléchie dans le désordre. Déjà une indice , et cela me fait penser que sa formule peut être synonyme d’unité.

Je suis multidisciplinaire me réplique t-il. A ces mots mes droits caressa furtivement mon menton, faut y réfléchir.  Cette multidisciplinarité est -elle un style de vie , lui demandai-je? En effet me répond t-il cela me donne constamment une envie de créer du neuf. Et je voyais dans ses mot une certitude proche d’une foie. Alors là, je comprends d’un coup que rien n’est figé pour lui et que tout est en perpétuel mouvement. Quand chez Mondrian la stabilité et la rigueur est le maître mot, chez lui j’ai eu droit à un délice de contraires intrigants. Mon esprit confus commença donc par se rappeler que même l’univers a été crée dans le big-bang , ces œuvres sont-ils un big-bang alors?

Je suis encore sur une bonne piste pensai-je intérieurement, Eddy parle d’un univers multiforme exclamai-je jubileusement. Mes alors, ajouta l’artiste créer c’est être unique à chaque instant, j’expérimente chaque médium afin que les regardeurs soient en constante réflexion devant mes travaux. ». J’avais rageusement envie de lui dire:  cher collègue es-tu conscient que c’était effectivement cette sensation de renaissance que j’avais, pile poile en ce moment ? Mais je me suis tue.

Même si j’étais confuse sur plusieurs points, j’étais certaine qu’Eddy ne s’attache à aucun médium, Il liait l’idée qui le traverse à un médium qui le choisit selon l’humeur, l’instant et l’inspiration. 

La journée s’était malheureusement vite écroulée et mes idées sur l’artiste s’entre boitaient de plus en plus comme un puzzle qui s’éclaircit au fur et à mesure qu’on le remplit. J’étais ravie de découvrir une nouvelle conception de création et lui semblait fort content de m’éclairer sur le sujet.

J’ai donc conclu ma journée avec l’idée que Joseph Eddy Pierre est un artiste qui se laisse guider, au gré de son imagination, et se transporter dans une constante communication avec son œuvre. 

Quand je regarde son travail, je décèle les influences de grands maîtres comme Kandinsky, Pollock, Picasso. J’irais même jusqu’à  soupçonner une arrière touche de Basquiat. Mais le caractère indépendant de sa démarche artistique et philosophie pousse à croire que ses travaux sont avant tout abstraits, assaisonnés parfois de couleurs  assez criardes tout en  vous regardant  droit dans les yeux dans une ambiance de clair-obscur et de forme.

AUTEUR : Géraldine Colin

La publication a un commentaire

  1. Geraldson Fleurimond

    Très bon papier , je te souhaite bon vent .
    1+1=0 abstrait et très accrocheur ce titre

Laisser un commentaire